Procès verbaux des Assemblées générales

Procès verbal de l’assemblée générale
la plus récente

Date : 6 juillet 2019

Lieu : Salle de conférences du service ORL des Hôpitaux Universitaires de Genève

Présents : Mesdames Marie Pasche, Elena Pastina, Graciela Matamoros, Elizabeth Wyss ; Madame et Monsieur Liliane et Georges Chassot ainsi que Patricia et Pierre Imfeld ; Docteur Nils Guinand, Monsieur Yann Sennrich ;
Membres du comité : Mmes Michèle Aebischer, Linda Carayol, Boobpha Rod, Anne Schweizer ; Mrs Philippe Guignard, Jean-Philippe Guyot.

Excusés : Madame Monique Mercier, Monsieur Daniel Marchon.

  • Approbation du procès-verbal de la réunion du 7 juillet 2017.

Le PV est accepté.

  • Rapport du président.

Depuis la dernière assemblée générale, nous avons réalisé :

le logo de l’association avec la participation active de Linda Carayol et Philippe Guignard ;

un flyer à distribuer aussi largement que possible (médecins de diverses spécialité, patients, associations) dans le but d’informer et sensibiliser autant de monde possible, y compris le corps médical qui la plupart du temps ignore tout de cette pathologie.

Sur le plan des finances, nous avons eu quelques dons en plus des cotisations, mais il est nécessaire d’obtenir plus d’argent pour mener à bien les projets. Le comité a pensé à des sponsors potentiels avec lesquels il prendra contact (Fondation Arditi, La Chaîne du Bonheur, Loterie Romande, Fondation Auris, Fondation Ernesto Bertarelli, Banques privées, Patek Philippe, etc.).

Lorsque les finances le permettront, les projets prioritaires sont la création d’un site internet de l’association, l’impression du flyer, l’organisation de rencontres de patients dans les cantons romands, point dont l’importance est soulignée.

Pour en améliorer sa visibilité, l’association demandera leur support à divers potentiels parrains (Bertrand Picard, Stéphane Lambiel, etc.).

Dans ce même but, Anne Lise Schweizer a pris contact avec Jean-Marc Richard pour que l’association soit entendue dans son émission « La ligne de cœur ». Elle attend une réponse.

Il y a aussi le projet d’organiser une journée de l’équilibre, de participer à la nuit de la Science.

Est aussi suggéré d’établir un protocole avec un physiothérapeute spécialisé dans le déficit vestibulaire, pour développer certains exercices spécifiques, développer la proprioception.

  • Rapport du trésorier et des comptes 2017 – 2018.

La trésorière étant fraîchement nommée, c’est le président qui présente le bilan, en accord avec la trésorière. Les revenus sont essentiellement constitués des cotisations. Il y a aussi quelques dons. Il n’y a pas eu de dépense majeure. La réunion de ce jour, comme les précédentes, est offerte par le service ORL des HUG.

  • Approbation du rapport et des comptes.

Le rapport et les comptes sont approuvés.

  • Vote de décharge au comité du rapport et des comptes.

Décharge est donnée par l’assemblée au comité du rapport et des comptes.

  • Election du comité.

L’assemblée estime raisonnable la composition du comité et souhaite la maintenir. Mme Schweizer avait accepté le rôle de trésorière pour l’année en cours. Aujourd’hui, l’assemblée accueille Mme Boopha Rod, nouvelle trésorière et la remercie chaleureusement d’avoir accepté cette tâche. Mme Schweizer reste à disposition pour donner des avis juridiques, au besoin.

  • Election du président.

L’assemblée accepte le maintien en place du président actuel.

  • Réorganisation au sein du service ORL des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Le départ à la retraite du professeur Guyot, ancien médecin chef du service d’ORL et de Chirurgie cervico-faciale des Hôpitaux Universitaires de Genève n’a que peu, ou pas, d‘impact sur l’activité de l’unité d’investigation des troubles de l’équilibre (Unité d’Otoneurologie) dont la responsabilité clinique est assumée aujourd’hui par le Dr Nils Guinand, médecin adjoint du service. Le Dr Guinand a fait toute sa formation d’ORL à Genève puis, subventionné par des fonds européens, il a consacré 3 ans à la recherche dans le domaine des affections vestibulaires, dont 2 dans un des meilleurs centres au monde, à Maastricht chez le professeur Herman Kingma. Il y a obtenu un titre de PhD (doctorat en sciences) accompagné de la plus haute distinction de cette université néerlandaise.

Bien entendu, il poursuit la recherche à Genève, en collaboration étroite avec Angelica Perez-Fornos, docteure en ingénierie biomédicale dans le domaine des neurosciences et Privat Docent de la faculté de médecine de Genève. Ses travaux ont été honorés par de nombreux prix, le dernier en date étant le Prix Bizot 2019 de la faculté de médecine de Genève. Le groupe est complété par deux ingénieurs, Maurizio Ranieri et Samuel Cavuscens. Sa renommée ne cesse de croître et il y a de nombreuses candidatures de doctorants qui souhaitent venir y approfondir leurs connaissances. Aujourd’hui, ils sont au nombre de 3.

  • Avancées scientifiques dans le domaine du déficit vestibulaire bilatéral.

Genève, avec Maastricht, continue de travailler au développement d’un implant vestibulaire, une oreille artificielle qui remplace la fonction perdue. L’équipe de recherche ne cesse de se renforcer et les résultats préliminaires obtenus sont très encourageants. En effet, il a été possible d’observer et de mesurer très précisément des réflexes générés par notre neuroprothèse, réflexes parfaitement identiques à ceux générés normalement par le système vestibulaire. Ces résultats ont été suffisamment probants pour convaincre l’industrie de la faisabilité du projet, industrie qui maintenant concourt à ce développement. On peut donc s’attendre à une accélération du processus mais, aujourd’hui, les formalités imposées à toute recherche clinique retardent leur progression, … malheureusement !

Le professeur Kingma de Maastricht est maintenant à quelques mois de mettre sur le marché une prothèse de substitution. Il s’agit d’une ceinture portée à la taille munie de capteurs et de vibreurs qui se mettent à ‘chatouiller’ le dos, le ventre, le flanc droit ou le flanc gauche du sujet dès qu’il ne se tient plus à la verticale. Ainsi le sujet qui n’a plus d’information de son appareil vestibulaire en reçoit d’une autre nature, … de sa ceinture. Comment juger de l’efficacité d’un tel système ? Il n’est pas possible de mesurer des réflexes comme on peut le faire avec l’implant vestibulaire. On ne peut mesurer que l’équilibre. Mais sur quelle base ? Chacun a sa propre façon de marcher, rendant les analyses très difficiles. Ne reste donc qu’à estimer les dires des patients … Linda Carayol a essayé la ceinture gracieusement prêtée par Herman Kingma … L’essai était peut-être un peu court et il faut certainement quelque temps pour apprendre à ‘écouter’ son ventre pour tirer un certain bénéfice du port de cette ceinture.

Merci et bienvenue à Madame Boopha Rod, nouvelle trésorière. Merci au Dr Nils Guinand d’avoir participé à la réunion et partagé quelques avis scientifiques.

La séance est levée à 20h15

En aparté, une fois la séance levée, un des membres suggère que, puisqu’il y a besoin d’argent pour lancer l’association, et qu’une fois lancée les besoins seront moindres et les rentrées plus grandes, les membres puissent payer plusieurs années de cotisations par avance, années pendant lesquelles ils seraient exonérés de cotisations. Mme Rod soulève une difficulté comptable. Mais peut être est-elle contournable, en désignant les membres qui accepteraient cette solution comme ‘membres honoraires’. Si les sponsors venaient à manquer, cette solution pourrait être un secours. Elle sera débattue par le bureau lors de sa prochaine réunion.

JPh Guyot        M Aebischer
Président         Secrétaire